Un atelier de formation sur le PSE axé sur les effets avec l’ appui de Misereor

09/06/2014 17:47

Au mois de mars les équipes d’animateurs du BDD( Bureau Diocésain de développement) et du BDOM ( Bureau Diocésain des œuvres médicales) ont eu l’ occasion de renforcer leurs capacités en matière de PSE( planification suivi évaluation orienté vers les effets ) avec l’appui/la facilitation  de Mme Sybille Nicholman du département d’ évaluation et de gestion de la qualité de Misereor ( partenaire de ces deux bureaux en matière de santé et de développement durable).

        C’est depuis 6 à 7 ans qu’ un processus de restructuration est en train de se mettre en place dans le cadre de la coopération internationale afin de permettre la saisie des changements dans la vie des populations bénéficiaires des différents programmes. Pour Misereor, la réussite d’ un projet n’est pas seulement l’atteinte des objectifs du projet ou la réalisation ce dernier. Voir quels sont les changements que le projet a provoqué dans la vie des bénéficiaires, quels sont les effets du projet sur les paysans, sur l’ ensemble des acteurs et la société… Voilà qui est intéressant et construit un partenariat fructueux. On pourra parler des effets quand il y a un lien direct entre les activités réalisées et les changements observés.

Mme Sybille, facilitatrice de l’atelier, a introduit celui-ci par une explication de l’ abréviation PSE, P pour la planification qui permet de prendre des perspectives, le S pour le suivi régulier des activités afin d’ améliorer le travail au quotidien et le E pour l’ évaluation qui doit se faire à des périodes données. Ce système PSE doit aussi permettre de saisir les effets ( en terme de changements provoqués dans le cadre de vie  des bénéficiaires par les interventions du projet) changements qui peuvent être soit directs, soit indirects, soit positifs, soit négatifs. La facilitatrice a aussi insisté sur l’ aspect de rendre compte aussi bien des réussites que des erreurs /de ce qui n’a pas réussi pour envisager une amélioration. L’introduction de la notion d’ effets doit permettre d’apprendre dans une organisation, de baser le travail sur des conceptions claires et réalistes de ce qui doit changer, d’où les informations du suivi doivent être partager pour amélioration.

La grille d’influence, qui est un outil d’évaluation, a été présentée aux participants et a été expérimentée dans deux groupes accompagnés par le BDD. Cet outil doit permettre d’ évaluer l’apport des activités du projet au changement constaté dans la vie des bénéficiaires. Une séance de mise en commun après l’ exercice sur terrain a permis d’identifier les forces et les faiblesses de cet outil. L’ équipe du BDD s’est engagé à l’utiliser pour le renforcement de son système de PSE.